Le Groupe Volkswagen poursuit sa croissance rentable au premier semestre 2018, affichant des résultats record en termes de livraisons, de chiffre d’affaires et de résultat (avant éléments exceptionnels). Pour les six premiers mois de l’année, le chiffre d'affaires du groupe est passé de 115,3 milliards d'euros à 119,4 milliards d'euros par rapport à la même période l’année précédente. Le bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels est passé de 8,9 milliards d’euros à 9,8 milliards d’euros, avec un montant de 1,6 milliard d’euros lié à la question des moteurs diesel qui a été comptabilisé au deuxième trimestre. La marge d’exploitation avant éléments exceptionnels passe de 7,7 % à 8,2 %. Le bénéfice du Groupe après impôts pour les six premiers mois de l’année atteint 6,6 milliards d’euros, soit une hausse de 2,1 % par rapport à la même période l’année précédente. « Le Groupe Volkswagen s’est très bien comporté au premier semestre, avec une très bonne croissance du chiffre d’affaires et du résultat. Nous avons également livré un nombre plus élevé que jamais de véhicules, indique le Dr. Herbert Diess, Président du Directoire de Volkswagen AG, en commentant les résultats du premier semestre. Mais nous devons rester vigilants car nous allons être confrontés à de nombreux défis dans les mois à venir, particulièrement avec la transition vers la nouvelle procédure d’essai WLTP. Le protectionnisme croissant constitue également un défi majeur pour l’industrie automobile mondiale. »

Au niveau mondial, le Groupe Volkswagen a livré 5,5 millions de véhicules au premier semestre de 2018, soit une hausse de 7,1 % par rapport à la même période l’année précédente. « Cette croissance montre que les nombreux nouveaux modèles lancés par les marques du Groupe séduisent les clients, note Herbert Diess, Président du Directoire. Dans les mois à venir, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour consolider la confiance de nos clients à travers le monde. Notre objectif est de transformer Volkswagen en leader de l’industrie en termes de rentabilité, de pouvoir d’innovation, de développement durable et de satisfaction client. »

Le chiffre d’affaires et les bénéfices d’exploitation des joint-ventures chinoises ne sont pas inclus dans les chiffres du Groupe. Malgré les effets de change négatifs, la part du bénéfice d’exploitation attribuable à ces entreprises au premier semestre atteint 2,3 milliards d’euros (2,1 milliards d’euros). Les entreprises chinoises sont comptabilisées par la méthode de mise en équivalence et apparaissent dans le résultat financier du Groupe.

Malgré les prévisions de dépenses résultant de la transition vers la nouvelle procédure WLTP (Worldwide Harmonized Light-Duty Vehicles Test Procedure), de la réalisation des objectifs de CO₂ de la flotte de véhicules et du lancement de la campagne électrique, le Groupe reste en phase avec ses prévisions (avant éléments exceptionnels) pour l’année en cours. Le Groupe Volkswagen prévoit une hausse de 5 % du chiffre d’affaires par rapport à l’année précédente, avec une marge d’exploitation (avant éléments exceptionnels) de 6,5 % à 7,5 %.

« Le premier semestre de l’année montre que le Groupe possède une solide base opérationnelle et financière, indique Frank Witter, membre du Directoire du Groupe en charge des Finances et de l’Informatique. Toutefois, comme nous l’avons déjà indiqué précédemment, nous devons nous préparer à un deuxième semestre volatile, particulièrement en raison de la procédure WLTP. »

 

Liquidités nettes de la Division Automobile

Les liquidités nettes de la Division Automobile atteignent 26,3 milliards d’euros à fin juin, soit une augmentation de 10,7 % par rapport à la même période l’année précédente. Les coûts de recherche et développement du premier semestre sont similaires à ceux de l’année précédente, tandis que le ratio de R&D baisse légèrement à 6,6 % (6,9 %) sur la même période. Les dépenses d’investissement de la Division Automobile s’élèvent à 4,4 milliards d’euros, ce qui signifie que le ratio des dépenses d’investissement sur le chiffre d’affaires de la Division reste pratiquement inchangé à 4,3 % (4,2 %).

 

Marques et secteurs d’activité

Le chiffre d’affaires de la marque Volkswagen Véhicules Particuliers atteint 42,7 milliards d’euros au premier semestre, soit une hausse de 7,7 % par rapport à la même période l’année précédente. Le bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels s’élève à 2,1 milliards d’euros (1,8 milliard d’euros). La hausse des volumes et l’amélioration des coûts de production ont eu un effet positif. Toutefois, ces résultats ont été compensés par une hausse des coûts de distribution due, entre autres, à la prime à la casse et aux dépenses initiales consacrées aux nouveaux produits, particulièrement pour la campagne d’électrification. La question du diesel a généré des éléments exceptionnels pour un montant de -1,6 milliard d’euros.

Le chiffre d’affaires de la marque Audi a augmenté au premier semestre pour atteindre 31,2 milliards d’euros (30 milliards d’euros). La hausse des volumes, les gains d’efficacité et une gestion des devises plus ouverte sur l’avenir ont permis d’améliorer le bénéfice d’exploitation qui atteint 2,8 milliards d’euros (2,7 milliards d’euros). Les indicateurs de performance clés de la marque Audi englobent également les marques Lamborghini et Ducati.

Les 9,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires de ŠKODA sur la période marquent une hausse de 5,1 % par rapport à l’année précédente. En raison des effets de change négatifs et des dépenses initiales plus élevées pour les nouveaux produits, le bénéfice d’exploitation enregistre une baisse de 4,5 % soit 821 millions d’euros, tandis que l’amélioration des volumes et l’optimisation des coûts ont eu un impact positif.

Les 5,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires de SEAT représentent une hausse de 14,5 % par rapport à la même période de l’année précédente. Le bénéfice d’exploitation est, lui aussi, en hausse de 62,7 % à 212 millions d’euros. L’évolution positive des volumes, des prix et des effets du mix a largement compensé les dépenses initiales pour les nouveaux produits et les effets de change.

Bentley affiche un chiffre d’affaires en baisse par rapport à la même période de 2017 à hauteur de 757 millions d’euros (867 millions d’euros). La marque présente un résultat d’exploitation de -80 millions d’euros (13 millions d’euros), notamment en raison de la baisse des ventes, de retards dans le lancement de la nouvelle Continental GT et des effets de change.

Porsche Automobile affiche un chiffre d’affaires en hausse au premier semestre par rapport à la même période de l’année précédente avec un résultat de 11,2 milliards d’euros (10,8 milliards d’euros). Le bénéfice d’exploitation de Porsche Automobile atteint 2,1 milliards d’euros, soit une hausse de 0,4 % principalement due aux effets positifs du mix.

Le chiffre d’affaires de Volkswagen Véhicules Utilitaires grimpe de 6,7 % au premier semestre pour atteindre 6,3 milliards d’euros. Le bénéfice d’exploitation est également en hausse de 26,7 % à 567 millions d’euros, notamment en raison des effets du volume et du mix, d’un meilleur positionnement tarifaire et de l’optimisation du coût des matériaux.

Les 6,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires de la marque Scania représentent une hausse par rapport à la même période de 2017 (6,3 milliards d’euros). Le bénéfice d’exploitation de 684 millions d’euros (673 millions d’euros) est en hausse par rapport à l’année précédente. Les augmentations de coûts ont été compensées par l’amélioration des volumes, des taux de change favorables et une progression de l’activité Services Financiers.

Le chiffre d’affaires de MAN Commercial Vehicles progresse au premier semestre avec un résultat de 5,8 milliards d’euros (5,3 milliards d’euros). Le bénéfice d’exploitation atteint 258 millions d’euros (193 millions d’euros) grâce à l’augmentation des volumes.

MAN Power Engineering a généré un chiffre d’affaires de 1,6 milliard d’euros (1,6 milliard d’euros) au premier semestre 2018, tandis que le résultat d’exploitation atteint 68 millions d’euros (73 millions d’euros).

Au premier semestre, le bénéfice d’exploitation de Volkswagen Services Financiers affiche une hausse de 5,7 % à 1,2 milliard d’euros, notamment en raison de la croissance de l’activité et de l’amélioration des marges.

 

Perspectives 2018

Pour l’ensemble de l’année, le Groupe prévoit une légère augmentation de ses livraisons en 2018 par rapport à 2017 sur un marché toujours difficile. Les défis de l’exercice en cours seront liés principalement à la situation économique, à la concurrence accrue, à la volatilité des taux de change et à la question du diesel. L’Union Européenne s’est également dotée d’une nouvelle procédure de test plus longue pour évaluer les émissions de polluants et de CO₂ ainsi que la consommation de carburant des véhicules particuliers et des utilitaires légers.

Le chiffre d’affaires du Groupe Volkswagen devrait augmenter d’environ 5 % par rapport à 2017. Le Groupe prévoit une marge d’exploitation avant éléments exceptionnels de 6,5 % à 7,5 %. Après éléments exceptionnels, elle devrait se situer légèrement en dessous de la fourchette prévue.

 

Communiqué par Volkswagen