Quelques mois seulement après la sortie d'un prototype et d'une étude de conception, c’est la semaine dernière que la startup chinoise de voitures électriques Byton a dévoilé au public son nouveau modèle K-Byte.

Encore plus d'autonomie 

La berline a été présentée à la veille du salon CES Asia. Le nouveau K-Byte sera équipé d’un système d'assistance à la conduite de niveau 4, ce qui correspond à une conduite largement autonome. Le véhicule peut, dans une mesure considérable, se déplacer seul sur la route. Le conducteur ne devra intervenir que dans certaines situations. La technologie de conduite autonome provient de chez Aurora Innovation, qui a été fondée par l'ancien PDG de la division automobile de Google, Waymo. Actuellement, seules les voitures de niveau 2 sont autorisées aux États-Unis. Les véhicules Tesla se trouvent également dans cette catégorie, mais seront bientôt, selon Elon Musk, développées jusqu’aux niveaux 3 et 4.

Des projets ambitieux 

Le SUV et le crossover M-Byte de la marque devraient être commercialisés sur le marché à la fin de l'année 2019. Le K-Byte devrait quant à lui suivre en 2021. Un troisième véhicule de type fourgonnette est déjà en cours de planification. Byton a également annoncé qu'elle avait levé 500 millions de dollars de fonds. L'argent provient principalement du constructeur automobile chinois FAW et du fabricant de batteries Contemporary Amperex Technology (CATL). FAW participe à une entreprise commune avec Volkswagen, tandis que CATL est le premier fabricant mondial de batteries pour voitures électriques.

Byton a récemment ouvert son siège social à Nanjing et possède déjà un centre de recherche et de développement dans la Silicon Valley aux Etats-Unis ainsi qu’un centre de design en Allemagne.

kbyte porte.jpg