Chef de file mondial en matière de sécurité automobile, Volvo Cars envoie un message fort sur les dangers des excès de vitesse, s’engageant à limiter tous ses modèles à 180 km/h à compter de 2020.

La Vision 2020 du constructeur (plus aucun mort ni blessé grave dans une nouvelle Volvo à l’horizon 2020) est l’une des plus ambitieuses de l’industrie automobile dans le domaine de la sécurité. Conscient que la technologie seule ne peut pas remédier complètement au problème, Volvo Cars a décidé d’élargir son champ d’action au comportement du conducteur.

Les études menées par Volvo Cars révèlent trois sources d’inquiétudes persistantes en matière de sécurité – des « lacunes » dans son ambition de mettre un terme aux morts et aux blessures graves dans ses voitures. Parmi celles-ci, la vitesse excessive joue un rôle majeur.

« Volvo est un chef de file de la sécurité automobile : nous l’avons toujours été et nous comptons le rester, » affirme Håkan Samuelsson, Président et CEO de Volvo Cars. « Nous savons désormais, grâce à nos recherches, quelles sont les failles de notre ambition à l’horizon 2020, et si limiter la vitesse n’est pas un remède miracle, une seule vie sauvée suffirait à faire de cette initiative un succès ».

En plus de limiter la vitesse maximale, l’entreprise étudie aussi comment une maîtrise raisonnée de la vitesse associée à des technologies de géorepérage pourrait permettre de limiter automatiquement la vitesse à proximité des écoles et des hôpitaux à l’avenir.

« Nous lançons le débat : les constructeurs ont-ils le droit, voire l’obligation, d’installer des systèmes embarqués qui modifient le comportement du conducteur pour lutter contre les excès de vitesse, la conduite en état d’ivresse ou la distraction ? » s’interroge M. Samuelsson. « Nous n’avons pas de réponse catégorique à cette question, mais nous pensons devoir prendre les devants et faire figure de pionniers ».

Le problème est qu’au-delà d’une certaine vitesse, les systèmes de sécurité embarqués et l’infrastructure connectée ne suffisent plus à éviter les blessures graves et les morts en cas d’accident. La plupart des pays occidentaux ont donc instauré des limitations, mais les excès restent omniprésents et constituent l’une des principales causes de décès sur les routes.

Des millions de personnes reçoivent encore chaque année des amendes pour excès de vitesse, et les données concernant les accidents de la route de la NHTSA (National Highway and Traffic Safety Administration) montrent qu’en 2017, 25 % des morts sur les routes des États-Unis étaient imputables à un excès de vitesse.

« Les conducteurs ne se rendent tout simplement pas compte du danger de la vitesse, » déplore Jan Ivarsson, l’un des principaux experts en sécurité de Volvo Cars.

« En tant qu’êtres humains, nous n’avons aucun mal à nous méfier des serpents, des araignées ou de la hauteur. Avec la vitesse, c’est complètement différent, », explique M. Ivarsson. « Les gens roulent souvent trop vite dans certaines situations et peinent à adapter leur vitesse tout en surestimant leurs capacités. Il est de notre devoir de les responsabiliser et de leur faire comprendre qu’une vitesse excessive représente un danger ».

Au-delà des excès de vitesse, deux autres problèmes représentent un frein pour la Vision 2020. Le premier, aussi évident que celui de la vitesse (et aussi difficile à combattre), est celui de l’ivresse au volant. Conduire sous l’emprise de l’alcool ou de drogues est illégal dans de nombreux pays, mais reste l’une des principales causes de blessures et de décès sur les routes.

L’autre domaine problématique est la distraction. L’utilisation du téléphone au volant ou le manque de concentration en général reste un facteur majeur de décès sur les routes. À de nombreux égards, être inattentif au volant est aussi dangereux que conduire en état d’ébriété.

 

Communiqué par Volvo Cars