Depuis le 5 octobre, la startup estonienne Taxify proposes ses services dans la capitale française. Si l'offre est similaire aux Uber et autres concurrents du secteur, avec une commande avec son smartphone, Taxify se distingue par ses tarifs, et les commissions prélevées sur les courses.

La startup créée en 2013 par Markus Villig, qui n'était alors qu'un simple lycéen, est parfois considérée comme la branche européenne de Didi : le géant chinois des VTC est actionnaire minoritaire. Le CEO assure cependant que la marque chinoise ne remplacera pas Taxify, déjà présent dans 19 pays dans le monde, dont 10 en Europe.

Concernant les tarifs, ils sont 10% moins chers que ceux proposés par Uber, et la startup ne prélève que 15% à ses chauffeurs comptant ainsi sur la fidélité.