Guido Savi, FEBIAC Luxembourg, nous éclaire sur l’évolution du marché automobile et des motorisations.

L’évolution des motorisations Alternatives dépend de nombreux facteurs: l’évolution des normes d’émission, le prix des véhicules, le prix des carburants, l’offre de modèles, la disponibilité du réseau de recharge, la fiscalité, etc.

Tout semble indiquer que nous évoluerons vers un marché dans lequel coexisteront différents types de motorisations. Chacune des alternatives présente des avantages particuliers et répond à des besoins spécifiques. Les consommateurs achèteront toujours des véhicules essences et diesel au-délà de 2030.

Une analyse des chiffres au niveau européen illustre clairement la tendance.

Au cours du premier trimestre 2019, les voitures essence représentent 59,3% des immatriculations, les voitures diesel 32,2% et les motorisations électriques (BEV, PHEV, HEV) 6,6%.

Le diesel affiche un recul de 17%, l’essence progresse de 3,3% et les véhicules électriques rechargeables (BEV, PHEV) progressent de 40%. A l’exception de l’Allemagne, la part de marché de l’essence a augmenté dans tous les pays de l’union européenne.

Au niveau des émissions de CO2, des objectifs très ambitieux ont été fixés par l’Europe : 95 gr/km en 2021, -15% en 2025 et -37,5% en 2030 pour les voitures et 147gr/km en 2021, -15% en 2025 et -31% en 2030 pour les camionnettes .

Notons qu’avec l’introduction prochaine de la norme Euro 6D, les limites d’émission de NOx (Monoxyde d’azote) et de particules seront quasi au même niveau pour les motorisations diesel et essence. Il faut rajouter à cela qu’un véhicule diesel émet en moyenne 10% de CO2 en moins par rapport à l’essence et que la croissance rapide de la part de marché des motorisations essence a provoqué une augmentation des émissions de CO2 à 118gr/km au niveau européen.

motorisations europe febiac.jpg

Communiqué par FEBIAC